Risques et dangers du bronzage à UV…

uv en instituts : danger

Faire quelques séances de bronzage UV en institut, afin de ne pas être tout blanc sur les plages en début d’été ou lorsque l’on commence à sortir les petites jupes au printemps, telle est la pratique de nombreuses françaises . Mais cette mauvaise habitude pourrait se révéler plus dangereuse qu’on ne le croit : le Sénat tire le signal d’alarme.

Des études très sérieuses effectuées par l’Institut National Du Cancer ( INCa) révèlent que : « la pratique du bronzage par UV artificiels présente un risque cancérogène avéré pour la peau ». De plus, selon l’ institut de Veille Sanitaire, les cabines à UV  seraient responsable de plusieurs décès annuels, par mélanome cutané.

Le bronzage en cabine UV comporte donc des risques sanitaires très sérieux et le plus souvent des cas, malheureusement irréversibles : endommagement et vieillissement prématuré de la peau, cancers cutanés, affections oculaires… Il en va ainsi que, le consommateur doit être très prudent dans le choix de l’institut qui pratique le bronzage en cabine UV. De plus, il est impératif d’être préalablement bien informer sur ces risqués importants, liés à l’utilisation des ces cabines bronzantes à UV. En aucuns cas, l’appareil à UV ne doit être en libre service : vous devez impérativement être conseillé par une esthéticienne détenant une formation UV, en cour de validité.

Comment fonctionne ces cabines à UV, et pourquoi sont-elles si dangereuses ?

Les appareils de bronzage à UV, que l’on trouve en institut, sont équipés de lampes qui émettent des rayons UV-A en très grande quantité et des rayons UV-B en très faible quantité. Ces appareils de bronzage sont composés de lampes à UV-A haute pression au niveau du visage et de lampes à UV-A basse pression au niveau du corps. Ces lampes à UV-A assurent une pigmentation de la peau très rapide et donc un résultat visible après plusieurs séances. Mais se résultat est malheureusement une simple réaction secondaire et éphémère à une agression de l’épiderme, et non un bronzage protecteur,  comme après une exposition aux rayons (UV-B) naturels du soleil. Le rapporteur PS de la mission d’ information : Bernard Cazeau déclare : « les UV-A délivrés par les lampes sont inefficaces, ils ne préparent pas au bronzage naturel, ne synthétisent pas la vitamine D et leur danger : c’est le mélanome ».

 

Il y a plus de 15000 salons de bronzage en France : c’est un chiffre très important que le Sénat a pris au sérieux. La mission première des pouvoirs publics est de protéger la santé des consommateurs face à ce danger sanitaire avéré. Le gouvernement envisage donc un renforcement des règles d’ utilisation et de la qualification du personnel accueillant. Informé des risques encourus, le consommateur sera libre de faire, ou non, une séance de bronzage à UV. Néanmoins, il est très important de rappeler que le nombre de cancers de la peau à été multiplié par plus de 3, en France, entre 1980 et 2005. Chaque année, prés de 10000 nouveaux cas de mélanomes de la peau sont détectés et 1600 personnes meurent de ce cancer. (chiffre de Inca 2011)

Mais malgré ces chiffres alarmants,  l’interdiction de l’ utilisation des cabines UV n’est malheureusement pas envisagée en France. Face à ce nombre considérable de cancers détectés, des pays beaucoup plus responsables face à se danger sanitaire plus que sérieux, tel que le Brésil, on déjà interdit l’ utilisation de ces appareils.

A méditer…

Yonko spa, centre de bien-être et de soins vous propose de découvrir le Sun Institute : procédé révolutionnaire qui permet d’obtenir un hâle, sans soleil, sans UV, sans auto-bronzant et surtout sans aucuns risques pour la santé et composé de  95% d’actifs naturels. Retrouvez le Sun Institute dans la rubrique : prestations/bronzage.